Les problèmes commencent.

Mme Vallons – Je connais un propriétaire qui surnomme l’ascenseur : la boîte de nuit, parce qu’on est dans une boîte et qu’il y fait toujours nuit.

Mme Argento – Bon, on dépense, on dépense. Continuons à dépenser. Après tout, plaie d’argent n’est pas mortelle.

M. Fournier – Ne déprimez pas, c’est mauvais pour le moral.
Soit on essaie de redresser la situation, soit il faut qu’on vende tout de suite.

Mme Argento – Mais ça fait un moment que j’essaie de vendre. Quand les clients entrent dans le hall, qu’ils voient de la toile pendre entre les lattes du plafond, les boîtes aux lettres qui ne ferment pas, qu’ils hument l’odeur des poubelles et que pour monter ils ont le choix entre un ascenseur récupéré aux pompes funèbres et un escalier tagué sur chaque marche, il faut qu’ils soient aveugles et sans odorat pour vouloir acheter.

Mme Vallons – En plus, mieux vaut qu’ils soient sourds pour ne pas entendre les disputes, sans parler des bagarres.

M. Fournier – La vidéo devrait nous aider à identifier qui crée les problèmes. Aujourd’hui on ne peut rien faire car les témoignages des locataires sont très imprécis. On ne sait pas vers qui nous retourner.

Hollywood vidéo – Acte 1

C’est la situation de départ de la pièce : les problèmes se multiplient dans l’immeuble, au point que les propriétaires sont coincés.
Même ceux qui voudraient vendre n’y parviennent pas.

Alors, si comme Mme Argento vous manquez de chance, cela devient franchement désespérant :

Mme Argento – Est-ce que vous avez vu ce qui s’est passé, l’autre jour, avec mes acheteurs ?

Mme Vallons – Il y a eu un problème ?

Mme Argento – Ah plutôt.
Ils m’ont raconté qu’au moment où ils allaient prendre l’ascenseur pour monter à l’appartement, un fou a hurlé que l’ascenseur était toujours en panne, tout en donnant des grands coups de pieds dans la porte.

Mme Vallons – Et il espérait que donner des coups de pieds ferait repartir l’ascenseur ?
Il l’a pris pour un distributeur de boissons ou quoi ?

Mme Argento – Comment voulez-vous que je vende ?
Je ne vais quand même pas engager des gardes du corps pour traverser le hall avec les acheteurs !

Gérard – Bah voyons. Après les vigiles et les militaires, pourquoi pas des gardes du corps ?
Si on la laisse faire, ça va plus être un immeuble, ça va être un camp retranché !

Hollywood vidéo – acte 4

Heureusement, grâce à la vidéo, les fauteurs de trouble vont quitter l’immeuble.
Mais d’autres problèmes, beaucoup plus graves vont surgir…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *