De la drogue… probablement.

M. Fournier – Remettre les lattes de plafond qui ont été retirées, probablement pour cacher de la drogue.

Mme Argento – Pourquoi probablement ? Vous croyez vraiment qu’ils passent la journée dans le hall simplement pour regarder les voitures passer ?


M. Fournier – Disons que sans preuve, je préfère m’en tenir à un prudent « probablement ».
Je continue la liste des travaux.

Hollywood vidéo – acte 1

Il est tellement certain que des résidents se droguent, que ce « probablement » va devenir un euphémisme récurrent.
Au lieu de parler de la drogue, Mme Argento et M. Fournier vont parler de « probablement ».
Chacun comprend de quoi on parle, à commencer par les spectateurs qui deviennent ainsi des initiés – complices.

Mme Argento – D’après une locataire, c’est dans l’escalier qu’ils consomment leur « probablement ».
Hollywood vidéo – acte 1

M. Fournier – Passons aux étages.
Mettre des serrures sur les placards techniques pour qu’ils ne servent pas de cachette.


Mme Argento – Pour cacher quoi ?


M. Fournier – La même chose que dans le plafond du hall probablement.

Hollywood vidéo – acte 1

Mme Vallons – Quelles munitions ?
Ils n’ont quand même pas des armes à feu ?


Mme Argento – Non, je pense que M. Fournier parle de munitions pour tenir le siège dans le hall toute la nuit : bière, alcool, cigarettes et probablement du probablement.

Hollywood vidéo – acte 2

Mme Argento – Dites, son besoin d’électricité, ça ne serait pas pour produire du « probablement ». Il paraît qu’il faut des lampes qui consomment énormément d’électricité.
Hollywood vidéo – acte 5

On retrouve ainsi une des règles de base de la pièce : affronter les problèmes, si graves soient-ils, toujours avec humour.
Il faut dire que vu l’avalanche de calamités s’abattant sur l’immeuble, ses occupants et ses propriétaires, cela devient une condition de survie mentale.